Culte


Dimanche soir j’ai vu un de mes groupes préférés jouer un de mes album préférés en entier. Je pense que je peux arrêter d’aller à des concerts de rock et consacrer ma vie à l’étude du jazz modal vu qu’à l’instant où j’écris ces mots je ne sais pas quel concert pourrait m’orgasmifier plus ce que j’ai vu et entendu en cette fin de week end.

La réédition de l’album apportait déjà un son plus lourd. Mais en live c’est le niveau supérieur. C’est le mur du son, c’est la nucléarisation de la rythmique. C’est l’apocalypse. D’autant plus qu’ils ne nous foutent pas des distos de malade non. C’est juste fat. Que-dis-je PHAT. Dans ta phace.
Ils ont donc joué ce monument du rock en entier. J’ai noté deux interventions de Homme. Une première fois il dit « I saw a security guy tell somebody that he couldn’t film. That’s not true. You can do whatever the fuck you want »*. Quelques chansons plus tard (je dis chansons mais je devrai dire ogives nucléaires), alors que la foule est complètement berserk, il lance « I told you earlier that you could do what you wanted. Well that’s not true. You can’t mosh pit at a Queens of a Stone Age show. If a guy wants to hit another guy he can go to kindergarden. »* Pan. Alors là je me suis jouis dessus une deuxième fois -oui je m’étais déjà jouit dessus pendant les premières notes de Regular John– parce que c’est clair que les gens qui pogotent à un concert comme ça ils peuvent aller mourir.
C’est pas Biohazard putain (pogoter sur biohazard personne ne le remettra jamais en cause).
Bon j’arrête sur les pogoteurs consanguins. Quand je vous dis que j’ai jouit pendant les 1ères notes de Regular John, pour vous faire comprendre que je n’éxagère pas, la voici filmé dimanche soir par une bonne âme. C’est comme ça que le concert commence:

Même avec le son pourri de la video on comprend bien la claque qu’on prend quand la basse et la batterie explosent sur l’intro. Direct. T’es pas là depuis une minute que t’as déjà jouit.
Tiens, jeune, la même scène filmée sous un autre angle.

Le premier album est donc joué en entier et dans l’ordre, excepté You can’t quit me baby qui sera joué en conclusion. Et là je vous demande de vous écouter cette chanson en imaginant que le son de la basse vous fait vibrer les couilles (ou les ovaires), et de les entendre étirer ce groove à l’infini (en live la chanson a duré 9 minutes), et de vous imaginer bourré à la vodka tonic, vous aurez une idée du trip qui m’a amené à me jouir dessus une 12ème fois et une 13ème fois.

Une fois le 1er album fini, tout le monde est alors plongé dans l’angoisse la plus totale. L’angoisse de la descente. Comme si il sentait la peur, Josh nous dit qu’on est encore là pour un bail. Ouf, je me reprend une vodka. Il enchaîne des chansons tirées d’autres albums, une ou deux de chaque. Choisies avec beaucoup de goût. Perso j’ai jouit sur Little Sister, Better Living Through Chemistry et No One Knows.
Après ils sont sortis. Pas longtemps, juste pour permettre à Josh de revenir et dire « Oh. We forgot to say goodbye! » Et là ils ont lancé A Song for the Dead. Bon je sais pas si vous avez déjà entendu cette chanson, si oui, est-il besoin d’en dire plus? Vous imaginez bien les possibilités en live. Je sais pas combien de temps il l’ont fait durer mais j’ai du jouir bien 3 fois au bas mot. J’avais avancé mètre par mètre, depuis le bar latéral gauche tout au long de la deuxième partie du concert, profitant de chaque trou dans la foule pour avancer. Et quand il ont lancé celle là j’ai fait fi de la courtoisie pour faire les quelques mètres qui me séparaient de l’avant de la fosse, histoire de me la bouffer en pleine gueule (la chanson pas la fosse). Ensuite je suis rentré chez moi seul avec mes acouphènes (Emy aurait aimé venir mais avec son gros ventre et son endurance de femme enceinte ça aurait pas été facile dans cette marée humaine, donc j’ai revendu sa place à un gars de Chicoutimi). Dommage. J’aurai aimé que ma fille entende ça. Comment mieux commencer dans la vie que d’avoir assister à ce concert avant même d’être né?

Le gars dont j’ai posté la vidéo plus haut a filmé quasi tout le concert. Je lui rends hommage en postant tout dans l’ordre. Perso je comprends pas qu’on puisse passer son concert à filmer avec son téléphone mais bon je respecte ton travail man. Sans toi j’aurai jamais su pendant combien de temps You can’t quit me baby avait duré (tu vas me dire on s’en branle un peu quand même).

Part 1: Regular John+Avon+If Only (part 1 of 2)
Part 2: If Only+Walkin’ On The Sidewalks (c’est sur celle-ci, après If Only, que Josh désavoue lâchement le service de sécurité 3:10)
Part 3: You Would Know
Part 4: How To Handle A Rope + (+ Mexicola)
Part 5: Hispanic Impressions + ? (c’est Hispanic Impressions + The Bronze, inédit présent sur la réédition)
Part 6: Give The Mule What He Wants+I Was A Teenage Hand (sur celle-ci à 3:40 commence I was a Teenage hand model, seule chanson vraiment calme du concert. Moment de communion et de trip).
Part 7: You Can’t Quit Me Baby (l’instant drogue dure)
Part 8: Monsters In The Parasol (« This is a song about LSD ». A ce stade le micro du smartphone a l’air de ne plus en pouvoir, la camera non plus d’ailleurs. Il a peut-être changé d’appareil, ce qui signifierai qu’il viendrait aux concerts avec 2 téléphones portable pour filmer…)
Part 9: Little Sister
Part 10: Better Living Through (le titre complet c’est Better Living Through Chemistry)
Part 11: No One Knows
Part 12: A Song For The Dead

* »J’ai vu un gars de la sécurité dire à quelqu’un qu’il était interdit de filmer. C’est faux. Vous pouvez faire ce que vous voulez. »
* »J’ai dit que vous pouviez faire ce que vous voulez. En fait il y a une chose que vous ne pouvez pas faire à un concert de Queens of the Stone Age, c’est pogoter. Si un mec veut en taper un autre, qu’il retourne à la maternelle. »

Photo volée sur le blog de mon collègue Kristof G.

Publicités
Cet article, publié dans musique, vidéo, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Culte

  1. Dadu Jones dit :

    Très sobrement, je dis que ça m’aurait plu.

    On va pas en faire trop, t’en as fait déjà assez, et très probablement à juste titre.

  2. xophe dit :

    En me relisant je me demande si j’en ai fait assez 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s